Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CCAB est un partenariat de collaboration, piloté au niveau de chaque pays, qui vise à mettre à l’échelle l’adoption de pratiques agricoles biologiques et agroécologiques grâce à un réseau de cinq pôles de connaissances en Afrique. Les organisations de mise en oeuvre ont principalement trois objectifs : améliorer l’accès aux connaissances sur l’agriculture biologique et l’agroécologie ; renforcer les capacités techniques et professionnelles des multiplicateur.rice.s ; et encourager la mise en réseau et renforcer les relations dans le secteur au niveau continental.

Agriculture biologique : promouvoir l’échange de connaissances et la mise en réseaux
Agriculture biologique : promouvoir l’échange de connaissances et la mise en réseaux

Designation: Projet mondial Centre de connaissances pour l’agriculture biologique et l’agroécologie en Afrique
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)​​​​​​​
Durée totale : De 2019 à 2026

Situation initiale

Plus de la moitié de la population africaine travaille dans l’agriculture. Pourtant, de nombreux.ses paysan.ne.s sont touché.e.s par la pauvreté et une personne sur cinq souffre de malnutrition. En même temps, une gestion responsable des écosystèmes et des ressources est indispensable.

L’agriculture biologique contribue à promouvoir des systèmes de production améliorant la sécurité alimentaire et les conditions de vie tout en respectant les limites écologiques de la planète. En Afrique, seulement 0,2 pour cent de la surface agricole disponible est actuellement exploitée d’après des méthodes biologiques, notamment en raison du manque de connaissances sur les modes de production, de transformation et de commercialisation des produits biologiques. Le Centre de connaissances pour l’agriculture biologique et l’agroécologie en Afrique (CCAB) s’attache à combler ces lacunes via la mise en place de cinq pôles de connaissances.

Objectif

Dans les cinq régions d’Afrique, ces pôles de connaissances renforcent la promotion de l’agriculture biologique et de l’agroécologie.

Approche

Le projet est coordonné depuis l’Allemagne. Les mesures proposées par le projet sont mises en œuvre dans les régions et en collaboration avec les organisations non-gouvernementales suivantes :

 
Ces organisations gèrent les cinq pôles de connaissances et opèrent dans trois domaines d’activité :
  1. Elles élargissent l’accès aux connaissances sur l’agriculture biologique et l’agroécologie via la collecte, la validation et le transfert d’informations dans des formats et des langues adaptés, ainsi que leur mise à disposition sur une base de données centrale.
  2. Elles améliorent les compétences techniques et professionnelles des multiplicateur.rice.s en matière d’agriculture biologique et d’agroécologie. Pour ce faire, elles forment des maîtres-formateur.rice.s mais également des multiplicateur.rice.s à la diffusion de connaissances en fonction du groupe cible.
  3. Pour la mise en réseau suprarégionale, elles intensifient les relations entre les représentant.e.s des chaînes de valeur, de la société civile, du secteur privé et d’organisations gouvernementales. En outre, elles promeuvent des méthodes de certification alternatives économiquement rentables et participatives.
Voir plus
Pôle de connaissances pour l’agriculture biologique et l’agroécologie
en Afrique de l’Ouest

Le PCAO est géré par Enda Pronat, la FENAB, et Agrecol Afrique qui coordonnent chacune l’un des trois champs d’action du CCAB dans la région, sous la supervision globale de Enda Pronat. Les trois organisations exécutent également le projet au Sénégal, ainsi qu’en Gambie avec l’appui d’un consultant national. Dans les autres pays du pôle, le projet est porté par la CNOP au Mali, le Centre Songhaï au Bénin, et NOAN au Nigéria. 

Le PCAO œuvre particulièrement pour la valorisation des connaissances traditionnelles issues de l’agroécologie et de l’agriculture biologique des 5 pays, qui sont consciencieusement collectées auprès de leurs détenteurs, vérifiées et validées avec les communautés, et un comité externe d’experts.  

Le PCAO se distingue également par son dispositif de renforcement des capacités et de diffusion de produits de connaissance auprès des multiplicateurs et multiplicatrices grâce à une multitude de canaux de diffusion prévus.

 
Enfin, des activités phares et innovantes, telles que les week-ends bio ou la sensibilisation pour le SPG, permettent de créer ou renforcer la mise en réseau de divers acteurs des chaines de valeurs dans les cinq pays et stimuler le dialogue politique pour la mise à échelle de l’agroécologie et de l’agriculture biologique en Afrique de l’Ouest. 
Voir plus
Pôle de connaissances pour l’agriculture biologique et l’agroécologie
en Afrique du Nord
Le PCAN (Pôle de Connaissances pour l’Agriculture Biologique et l’Agroécologie en Afrique du Nord) permet aux principales institutions du secteur biologique en Égypte, en Tunisie et au Maroc de poursuivre leur mandat dans la gestion de connaissances.
Le PCAN a pour devise : « Permettre de faire circuler la connaissance pour le développement du secteur biologique et de ses acteurs, en mettant l’accent sur les petites exploitations, les femmes et les jeunes ».  
Les partenaires collectent les connaissances traditionnelles et scientifiques et coordonnent la vérification, la validation et la diffusion des produits de connaissances auprès des praticien.ne.s et des multiplicateur.rice.s le long des chaînes de valeur biologiques et agroécologiques au sein du PCAN et de l’ensemble du réseau du CCAB.
Le PCAN favorise également les connexions avec d’autres acteurs, améliorant ainsi la coordination et la collaboration du secteur. 
Un système de formation en cascade a été mis en place. Il permet aux multiplicateur.rice.s de mettre en œuvre des innovations biologiques et agroécologiques dans leurs communautés et d’y diffuser les connaissances.
À ce jour, le PCAN a facilité plus de 250 petits projets allant de la conversion à l’agriculture biologique, à l’atténuation du changement climatique, en passant par l’ouverture et la consolidation de nouveaux marchés, ou encore la résolution de problèmes liés à la fertilisation et à la protection des plantes. Les formations et autres formes de facilitation et d’échange de connaissances se déroulent sur des parcelles de démonstration, où des expériences innovantes ayant fait leurs preuves sont utilisées comme méthodes d’apprentissage.
Voir plus
Pôle de connaissances pour l’agriculture biologique et l’agroécologie
en Afrique Australe
Le PCAA coopère avec des partenaires nationaux en Zambie, au Malawi, en Namibie et en Afrique du Sud qui travaillent avec des approches sectorielles (avec des parties prenantes à l’échelle nationale) ou des programmes de soutien aux multiplicateur.rice.s (PSM) à plus long terme avec des leaders paysan.ne.s ou des institutions de formation.
Le Sustainability Institute, basé en Afrique du Sud, coordonne la mise en œuvre des projets dans la région.  
PELUM Zambie travaille avec les décideur.se.s politiques, les organisations leaders d’agriculteur.rice.s et les médias pour sensibiliser à la nécessité d’une approche agroécologique des systèmes agricoles.
Ils ont créé une série de produits de connaissances (KP), y compris un « pack pour le briefing politique multi-ministériel ».
Le centre de formation agricole de Kasisi, en Zambie, travaille avec des centres de formation d’agriculteur.rice.s, créant des programmes de formation et des affiches sur mesure.
Au Malawi, l’Institut d’agriculture et d’écologie de Kusamala travaille avec les médias à l’élaboration d’un dictionnaire sur le jargon des systèmes alimentaires et agricoles.
L’association Soils, Food and Healthy Communities gère un PSM avec son équipe de recherche agricole, créant des vidéos en langue locale, des guides de formation théâtrale participative et un livre de recettes.
La Namibian Organic Association travaille avec les universités, les médias, les décideur.se. politiques et le secteur commercial du bœuf pour soutenir l’agriculture biologique.
La Namibia Nature Foundation coordonne un MSP avec des leaders paysan.ne.s qui transfèrent des compétences et capacités nécessaires au partage de connaissances. 
L’organisation sud-africaine du secteur biologique et le système participatif de garantie d’Afrique du Sud coordonne le programme PGS Pollinator (SPG pollinisateurs) en formant des multiplicateur.rice.s à la création et à la gestion de groupes SPG dans tout le pays. 
Voir plus
Pôle de connaissances pour l’agriculture biologique et l’agroécologie
en Afrique de l’Est
Le Pôle de Connaissances pour l’Agriculture Biologique et l’Agroécologie en Afrique de l’Est (PCAE) est l’un des cinq pôles de connaissances du projet Centre de Connaissances pour l’Agriculture Biologique en Afrique (CCAB).  
Ce pôle est coordonné par Biovision Africa Trust (BvAT) au Kenya, organisation en lead, en partenariat de co-hébergement du pôle avec PELUM en Ouganda.
Le projet PCAE est actuellement mis en œuvre dans cinq pays d’Afrique de l’Est avec les points focaux institutionnels (PFI) suivants : Kenya ; PELUM Kenya, Ouganda ; PELUM Ouganda, Rwanda ; ROAM, Tanzanie ; TOAM et Madagascar ; GSDM et SYMABIO.  

L’objectif principal du PCAE est d’intégrer l’agriculture biologique et écologique dans les systèmes agricoles des pays partenaires en générant, collectant et partageant le savoir-faire et les connaissances dans le but de les intégrer dans les pratiques agricoles et la prise de décision pour améliorer les moyens de subsistance des populations. 

Le PCAE s’articule autour de trois domaines d’intervention stratégiques :  
1) Collecte et validation des connaissances. 
2) Diffusion/partage des connaissances. 
3) Développement des systèmes de marché et mise en réseau.
Voir plus
Pôle de connaissances pour l’agriculture biologique et l’agroécologie
en Afrique Centrale

Lancé en novembre 2021 au Cameroun, le pôle de connaissances pour l’agriculture biologique et l’agroécologie (PCAC) est le dernier des 5 hubs mis en place dans les 5 régions de l’Afrique dans le cadre du projet Centre de Connaissances pour l’Agriculture Biologique en Afrique (CCAB).
Le projet CCAB a été lancé en 2019 par la coopération Allemande (GIZ) soutenue par le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et de Développement (BMZ).
Jusqu’à présent, cinq organisations camerounaises sont chargées de la mise en œuvre du hub en Afrique centrale.
Il s’agit du Centre International pour la Promotion de la Création (CIPCRE), du Groupement d’Appui pour le Développement Durable (GADD), du Centre Polyvalent de Formation de Mbouo (CPF), du Service d’Appui aux Initiatives Locales de Développement (SAILD) et de l’Institut Africain de Développement Economique et Social – Formation (INADES Formation).

Voir plus